Le débat : Comprendre l’éducation positive

Quand on commence à s’intéresser à l’éducation des chiens, on constate rapidement que tout le monde n’est pas d’accord sur les méthodes à utiliser. Loin de faire l’unanimité, l’éducation dite « positive » est victime de beaucoup de méconnaissances et de jugements infondés : éducation laxiste, réservée aux chiens « gentils », dans un monde de bisounours, etc.

Voici un dossier complet pour bien comprendre l’éducation positive, sa définition, son histoire, ses fondements et ses intérêts.

Puisque nous sommes dans le cadre d’un débat de société, il me paraît indispensable d’appuyer mes arguments sur des sources fiables et pertinentes. Vous trouverez donc une bibliographie complète à la fin de l’article. 

Définir l’éducation positive

Officiellement, il n’existe aucune définition exacte du terme « éducation positive ». Intéressons-nous en premier lieu à la définition du mot « éducation ». 

Selon le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), l’éducation est l’Art d’élever ou de dresser des animaux domestiques. Puisque cela nous donne peu d’information éclairante, penchons-nous sur la définition de dresser, son synonyme : Fait d’habituer un animal à certains comportements1.

Finalement, on entend éduquer son chien en lui inculquant certains comportements désirables, communément faire ses besoins à l’extérieur, être calme dans la maison, ne pas manger la nourriture autre que celle qui lui est distribuée, marcher calmement lorsqu’il est attaché, revenir quand on l’appelle, etc. Jusque-là, je pense que nous sommes d’accord.

Mais en faisant mes recherches, je me suis souvent confronté à l’éducation pour les enfants. Voici comment le CNRTL la définit : Art de former une personne, spécialement un enfant ou un adolescent, en développant ses qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à lui permettre d’affronter sa vie personnelle et sociale avec une personnalité suffisamment épanouie. 

Je pense que nous tenons là un élément intéressant : alors que l’éducation des animaux se concentre sur ses comportements et la satisfaction de l’éducateur, l’éducation des enfants a un objectif d’autonomisation et d’épanouissement de l’éduqué. Pour caricaturer, éduquer un animal est une action égoïste, alors qu’éduquer un enfant est une action altruiste. C’est ce constat triste et injuste qui nous pousse à changer notre regard sur nos chiens, à l’heure où leur place dans la famille est plus celle d’un membre à part entière que celle d’un animal domestique. 

L’éducation positive est donc, plus qu’une façon d’éduquer, une philosophie de vie, qui replace les besoins et le bien-être du chien éduqué au centre de la problématique. 

Maintenant, pourquoi l’appeler l’éducation « positive » ? 

A l’origine, le terme positif fait référence au renforcement positif, qui est une méthode d’éducation qui consiste à renforcer un comportement en le récompensant. Mais en réalité, l’éducation positive regroupe une multitude de méthodes2

Les plus connues sont celles du conditionnement opérant : R+, R-, P+, P-. 

Seuls le R+ et le P- sont utilisés en éducation positive, avec un maximum de R+ et un minimum de P-. La raison ? Seule la méthode du renforcement positif a des effets secondaires bénéfiques comme la prise de confiance en soi par l’animal ou la consolidation de la relation homme-chien3. Le R- et le P+ ont les effets délétères inverses4.

On bannit également tout ce qui est synonyme de peur ou de stress, comme le principe d’immersion, les outils coercitifs, et toutes les méthodes d’éducation qui se basent sur la théorie de la dominance, clamant qu’il est nécessaire de dominer son chien pour se faire respecter. Cette idée est erronée et maintenant mise de côté5.

En éducation positive, on trouve notamment les méthodes de conditionnement classique (le principe d’association d’idées), d’habituation, de désensibilisation, ainsi que de nombreux concepts tels que la zone de confort, la porte de sortie, la règle des 3D ou encore le seuil émotionnel. Toutes ces méthodes ont en commun le respect du chien dans son intégrité physique et psychique. Elles se suffisent à elles-mêmes, à condition qu’elles soient maîtrisées en théorie et en pratique.

La plupart du temps, les propriétaires de chiens et certains professionnels n’ont pas les connaissances et les compétences nécessaires à la bonne application des méthodes positives. On se retrouve alors rapidement dans ce qu’on appelle l’éducation « tradi-bonbon« . Elle consiste à compiler grossièrement l’ensemble des méthodes connues, qu’elles soient positives ou non. Elle peut laisser place à des erreurs et des incohérences nuisibles pour l’animal.

Pour résumer, l’éducation positive est un ensemble de méthodes se basant sur les théories de l’apprentissage et l’éthologie canine moderne, ayant pour objectif l’intégration du chien dans son environnement, tout en respectant ses besoins et son bien-être. 

L’histoire de l’éducation positive

Il n’y a pas si longtemps, le chien était uniquement destiné au travail, pour la chasse, la garde ou le transport. En France, c’est au milieu du 18ème siècle, dans la sphère aristocratique, qu’il commence à devenir un animal destiné à la compagnie, avant de conquérir définitivement nos foyers après la Seconde Guerre Mondiale6. Le dressage était alors principalement basé sur la coercition et la soumission. 

Les méthodes d’éducation ont évolué au rythme des découvertes scientifiques. En effet, les animaux, chiens compris, ont longtemps été considérés comme des êtres mécaniques, incapables d’apprendre ou d’avoir des émotions. Le tournant historique à l’origine des méthodes modernes se réalise par la découverte du conditionnement opérant par B.F. Skinner, en 19387. Grâce à ses travaux sur les rats, il a démontré que les animaux sont capables de comprendre et retenir les conséquences de leurs actions, et d’utiliser leurs expériences pour prendre des décisions. 

Grâce à ces nouvelles connaissances, d’autres méthodes de dressage sont apparues. La plus connue est celle de l’entrainement clicker, développé en 1970 par Karen Pryor, dresseuse de dauphins8. En utilisant le conditionnement opérant théorisé par Skinner, le clicker permet d’apprendre à un animal n’importe quel comportement, avec sa coopération. 

image du site clickertraining.com

Dans une ère où le métier de soigneur animalier était particulièrement risqué, la technique a rapidement conquis les parcs zoologiques. Les soins imposés par la force ou les sédatifs ont donc été remplacés par des méthodes coopératives, diminuant radicalement les risques pour l’animal comme pour les soigneurs9. Si les méthodes positives fonctionnent sur des ours et des lions, pourquoi ne fonctionnerait-elle pas également sur nos animaux domestiques ?

Ces nouvelles méthodes ont été popularisées pour les chiens grâce à des personnes comme Ian Dunbar, vétérinaire comportementaliste américain mondialement reconnu. A l’aide de ses nombreux livres, conférences et formations, Ian Dunbar a contribué à démocratiser l’éducation canine en la rendant plus accessible et plus respectueuse de l’animal10.

En France, l’utilisation de l’éducation positive est plus récente. Dans les années 2000, Catherine Collignon, pionnière sur ce sujet, démocratise l’entraînement au clicker et fonde le MFEC (Mouvement professionnel Francophone des Educateurs de Chiens de compagnie), avec le soutien de Ian Dunbar11

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes utilisent l’éducation positive pour leur chien. Les mœurs et les lois évoluent en faveur d’un plus grand respect de l’animal, sensibilisant et responsabilisant peu à peu les propriétaires.

Brisons les idées reçues !

Bien que l’efficacité et les bienfaits des méthodes positives soient aujourd’hui prouvés, de nombreux mythes les décrédibilisent encore, ralentissant sa progression dans les foyers. Expliquons-les ensemble.

  • L’éducation positive ne consiste pas à distribuer bêtement des friandises !

La nourriture est un renforçateur primaire, c’est-à-dire qu’elle est naturellement une récompense pour le chien. C’est donc un moyen efficace de renforcer un comportement. Mais pour l’utiliser correctement, encore faut-il savoir exactement quel comportement renforcer, quand et dans quel contexte ! Plus généralement, modifier un comportement de manière efficace et durable nécessite des connaissances scientifiques et techniques12

La friandise n’étant pas appréciée de la même manière par tous les chiens, il est également nécessaire de se questionner sur les différentes récompenses, l’objectif étant toujours de privilégier la motivation naturelle du chien. L’utilisation de récompenses ne garantit pas un résultat, et elle ne garantit pas non plus le bien-être du chien ! Ces notions sont différentes et sont tout autant prises en compte en éducation positive. 

  • L’éducation positive n’est pas une éducation laxiste ou permissive !

L’éducation positive pose bien évidemment des « limites ». Si on n’attend pas du chien qu’il respecte des règles, rien ne sert de l’éduquer… Les méthodes positives ne sont pas tellement différentes des méthodes traditionnelles par les résultats attendus, mais plutôt par les moyens de les atteindre. Une nuance tout de même, il ne sera pas demandé au chien de produire un comportement qui lui est nuisible physiquement ou psychologiquement, même si c’est ce qui convient à l’homme. On cherchera alors des solutions d’aménagement de l’environnement.

Les mauvais comportements ne sont pas ignorés. Il ne suffit pas non plus de distraire le chien de la source du problème. Si ces deux points sont parfois mis en place, c’est parce qu’ils ont, dans certains contextes, une réelle utilité à court ou long terme. Les méthodes positives sont suffisamment étayées pour éliminer les comportements gênants sans utiliser de méthodes punitives ou aversives.

Il est imprécis d’affirmer que l’éducation positive ne comprend pas de punition. Elle inclut en effet l’utilisation de « punition négative », c’est-à-dire le fait de retirer quelque chose d’agréable pour le chien s’il ne produit pas le comportement attendu. Mais l’objectif est avant tout d’obtenir ses attentes en exploitant au maximum les comportements naturels du chien, ce qui demande des connaissances en éthologie et en psychologie canine. 

  • La punition n’est JAMAIS la seule solution !

On parle dans cette partie de « punition positive », c’est-à-dire le fait d’ajouter quelque chose de désagréable pour le chien pour éliminer un comportement gênant. Les « quelques choses » de désagréable peuvent aller du simple « NON », au choc électrique, en passant par la saccade sur la laisse, la canette de cailloux à agiter, les menaces, etc. 

Oui, il est possible d’obtenir tout type de comportement uniquement avec des méthodes positives. Tout ce que vous avez envie de changer chez votre chien peut se faire sans punition. Il s’agit seulement de trouver l’approche qui vous correspond, à vous et votre chien, en s’appuyant sur les multiples outils que propose l’éducation positive. 

  • L’éducation positive convient à TOUS les chiens !

Aucun chien n’a besoin de brutalité ou de punition positive pour apprendre ! Même les chiens “dominants”, même les chiens “têtus”, même les chiens “agressifs” ! De nombreux chiens ont été rééduqués de A à Z en méthodes positives, même des cas très difficiles.

Et pour trouver tous ces chiens rééduqués en positif, il ne faut pas aller bien loin. Pour en avoir un aperçu, vous pouvez vous intéresser à l’association In Dog We Trust, qui récupère des chiens dangereux et les place auprès de professionnels canins en positif pour une réhabilitation complète. Sur son site internet, vous trouverez plusieurs vidéos de rééducation. Et non, bien que souvent plus discrets, les positifs ne se cachent pas, il suffit de les chercher !

Enfin, contrairement à ce que prétendent certaines rumeurs, il n’est nulle part affirmé que l’éducation positive peut préconiser l’euthanasie. Malheureusement, il existe des cas extrêmes de chiens qui, victimes d’une pathologie grave ou détruits par la maltraitance, présentent un danger irrattrapable pour la société. Ces chiens sont rares, et si une véritable connaissance du chien et des méthodes modernes ne peuvent pas les réhabiliter, l’éducation traditionnelle y échouera également et risquera au contraire de briser totalement le mental du chien. Ces chiens sont, autant que possible, placés en sanctuaire pour vivre une vie heureuse loin de tous dangers. 

Les principes de base de l’éducation positive  

  • Renforcer les bons comportements

L’éducation positive, c’est évidemment récompenser le chien quand il fait quelque chose de bien. On peut récompenser le chien avec de la nourriture ou un jeu par exemple, mais attention, c’est le chien qui choisit sa récompense ! Si votre chien n’est pas intéressé par votre récompense, le travail sera inefficace. Puisque vous ne pouvez pas décider de ce qui motive votre chien, à vous d’essayer plusieurs possibilités afin de trouver les meilleures récompenses. 

Au maximum, on identifie ce que le chien souhaite, comme par exemple passer la porte, avoir de l’attention ou être détaché, et on se sert de cette motivation comme récompense. Utiliser la motivation naturelle du chien garantit un apprentissage efficace et durable ! 

  • Mettre le chien en condition de réussite

En éducation positive, on aménage l’environnement pour que le chien soit au maximum en réussite. Plus le chien échoue un exercice, plus il perd confiance en lui et en l’entraineur. Au contraire, plus on adapte la difficulté pour qu’elle soit stimulante mais atteignable, plus il sera motivé et plus il progressera vite. 

Ce principe est particulièrement crucial en rééducation lorsque l’émotionnel est en jeu. Apprendriez-vous un poème par cœur, assis sur un champ de bataille ? Non, même si vous le vouliez, c’est impossible, car votre instinct de survie ne vous le permet pas. Le chien réagit de la même façon, il ne peut pas apprendre s’il est submergé par ses émotions. Il est donc indispensable de le garder en sécurité émotionnelle et de travailler à son rythme.

  • Communiquer

Dis comme ça, cela semble évident, et pourtant, combien de chiens sont « juste » incompris ? Plusieurs études ont montré que plus un individu a de contrôle sur une situation stressante, moins il sera stressé13. Chez le chien, dont les humains contrôlent l’intégralité de la vie, le niveau de stress peut augmenter rapidement. La compréhension des signaux naturels du chien et la mise en place de signaux interspécifiques (entre chien et humain) est donc indispensable pour créer une relation équilibrée, qui laisse au chien la possibilité de s’exprimer et de décider pour lui-même. 

  • Comprendre et respecter les besoins du chien

Creuser dans les plantes, poursuivre les chats, déchirer les coussins, autant de comportements que l’on souhaiterait souvent voir disparaître. Pourtant, ce sont des comportements naturels qui ont parfois besoin de s’exprimer ! Tenter de les réprimer sans les compenser, c’est faire du chien une cocotte minute qui craquera un jour ou l’autre. Pour cette raison, si un exercice nécessite de supprimer l’expression d’un besoin naturel, l’éducation positive met un point d’honneur à le compenser par la mise en place d’une activité de substitution. 

Il arrive que les besoins d’un chien soient incompatibles avec le mode de vie de ses humains. Souvent, le chien développe alors des comportements dérangeants en lien avec ses besoins non comblés. Ses propriétaires, en difficulté, n’ont d’autres choix que de changer leurs habitudes ou de replacer leur compagnon. Avant l’adoption, il est donc nécessaire de prendre en compte les besoins de l’espèce et de la race, tout en gardant à l’esprit que chaque individu est unique et a ses propres besoins. L’éducation moderne s’attache ainsi à faire de la prévention en accompagnant les familles lors du choix de leur compagnon. 

Pourquoi utiliser l’éducation positive ?

  • Pour des raisons éthiques

D’abord parce que la brutalité n’est pas une valeur appréciable ni valorisante. Eduquer en positif, c’est s’interroger sur la manière d’être le plus éthique possible dans notre façon d’intégrer un animal dans notre foyer. 

Mais l’éthique est un ensemble de valeurs et de normes sociales qui varient selon les lieux et les époques, difficile de l’imposer à nos voisins. Si en France, la morale tend en faveur du respect et du bien-être de nos animaux de compagnie, c’est loin d’être le cas partout. Les débats doivent donc rester courtois afin de partager notre point de vue en toute bienveillance. 

  • Elle permet de construire une belle relation avec votre chien

Et la relation, c’est la base de tout ! Sans une belle relation, votre chien ne vous écoutera pas et les apprentissages seront difficiles et désagréables. Suivriez-vous un maître que vous n’aimez pas ? Oui, s’il vous menace, mais à la moindre occasion vous fuiriez. Le chien est pareil ! Il vous suivra fidèlement seulement s’il aime être avec vous et s’il a confiance en vous.

  • Elle donne à votre chien plus de confiance en lui

Une petite expérience simple permet de bien comprendre l’impact des modes d’apprentissage sur l’état d’esprit d’un individu. On place 2 personnes dans une pièce, on leur bande les yeux, puis on place une chaise dans la pièce. L’objectif est de leur faire comprendre qu’ils doivent se placer derrière la chaise. Pour cela, 2 méthodes : on utilise un clicker avec récompense (un smarties) pour l’un, et un bracelet à choc électrique pour l’autre. Rapidement, la personne récompensée va réussir l’exercice et se placer derrière la chaise, tandis que la personne punie fera de plus en plus d’erreurs, jusqu’à s’immobiliser complètement, sans essayer quoi que ce soit. Pour voir l’expérience, vous pouvez regarder cette vidéo.

Les méthodes positives ne permettent pas seulement d’éduquer son chien, elles ont aussi des effets supplémentaires bénéfiques sur le chien lui-même ! Et un chien qui a confiance en lui, c’est un chien qui est à l’aise, qui communique calmement et qui fait des choix judicieux. Que du bonus, donc !

  • Elle vous apporte aussi à vous même

Réflexion, patience et bienveillance sont autant de qualités que vous apportera l’éducation positive ! En apprenant et en pratiquant les méthodes positives, on s’instruit scientifiquement, on apprend à comprendre notre chien, les chiens en général, mais également nous-mêmes. 

Ce n’est pas pour rien qu’autant de personnes se reconvertissent en éducateur comportementaliste, la pratique de ce métier et la passion de la cynologie est une véritable redécouverte de soi et de ses valeurs. Et lorsque l’on s’entoure des bonnes personnes, c’est un plongeon dans un monde de pensées positives et de bienveillance. L’éducation positive c’est aussi une aventure humaine !

Pourquoi les méthodes traditionnelles persistent malgré l’efficacité et les bénéfices des méthodes positives ?

Bon, maintenant que vous êtes arrivé jusque-là, j’espère que vous êtes autant convaincus que moi sur les multiples intérêts des méthodes positives ! Mais dans ce cas, comment se fait-il qu’elles ne soient pas encore évidentes pour tout le monde ? 

  • Tout le monde n’a pas lu ce dossier

J’ai bien mérité de me vanter un peu, non ? 😉 Plus sérieusement, je pense que la méconnaissance est le premier frein à la généralisation de l’éducation positive. Il existe encore un nombre non négligeable de personnes qui n’a jamais entendu parler sérieusement de méthodes d’éducation moderne et qui pensent encore aujourd’hui faire les choses au mieux. Comment leur en vouloir ? C’est la raison pour laquelle la pédagogie doit être le premier réflexe face à un utilisateur de méthodes coercitives. 

Malheureusement, il y a aussi ceux qui connaissent l’existence de méthodes positives mais qui ont été mal conseillés. Pire encore, il y a ceux qui ont essayé, sans résultat. Comme nous l’avons dit, ces méthodes ne sont pas toujours simples et, utilisées approximativement, elles peuvent être inefficaces. Il est courant de faire des erreurs en tant que propriétaire mais aussi en tant que professionnel, faute d’une formation de qualité ou par manque d’expérience.

  • Le changement n’est pas évident

Les méthodes traditionnelles ont longtemps été utilisées, et de nombreuses personnes continuent de les utiliser simplement parce que c’est ce qu’elles ont toujours connu. Le changement, c’est un vrai sujet, très étudié en sociologie et en psychologie ! 

Dans une étude en psychologie publiée dans la revue « Psychological Science », les chercheurs ont constaté que les croyances persistantes peuvent être maintenues pour des raisons émotionnelles, ou par l’effet de confirmation, c’est-à-dire la tendance à rechercher et à interpréter les informations de manière à confirmer ses croyances existantes14.

Changer, c’est accepter de sortir de sa zone de confort. L’éducation du chien n’est pas une passion pour tout le monde, certains veulent juste avoir de la compagnie, sans se prendre la tête, ce qui se conçoit parfaitement. Mais qu’en est-il lorsque l’animal montre des signes de mal-être et adopte des attitudes particulièrement déroutantes ? Pour franchir ce frein à l’utilisation des nouvelles méthodes d’éducation, il n’y a pas de secret : la pédagogie et l’accompagnement sont essentiels pour permettre à chacun d’évoluer dans un état d’esprit positif.

  • La violence peut parfois sembler… libératrice

Nous avons tous déjà vécu un excès de colère, ces émotions intenses qui dominent notre corps et notre esprit l’espace d’un instant, et qui se libèrent au prix de gestes ou de mots violents. Lorsque nous sommes en colère, notre corps libère des hormones de stress, ce qui peut entraîner une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la respiration et une montée d’énergie. Cette réaction physiologique peut donner une impression de puissance et de force, ce qui peut être satisfaisant15. Mais cette sensation est souvent de courte durée et peut rapidement être remplacée par des sentiments de honte, de culpabilité et de regret.

Ainsi, être brutal envers notre chien lorsque celui-ci adopte un comportement qui nous met en colère, c’est la réaction la plus intuitive car elle nous permet de nous sentir mieux dans l’immédiat. Malgré tout, ce n’est ni une façon saine ni une façon productive de gérer ses émotions ou de résoudre les conflits. C’est à nous d’apprendre à gérer nos émotions autrement, grâce aux techniques de respiration par exemple. 

Nous arrivons à la fin de ce dossier. Si vous avez tout lu, bravo ! Et si vous n’avez lu que certaines parties, bravo aussi ! C’est en lisant, débattant et discutant que les mentalités évoluent. Jusque là, vous n’étiez que lecteur, mais rien ne nous oblige à nous arrêter là. Je vous invite donc à laisser un commentaire, à partager cet article et à donner votre propre avis sur les réseaux sociaux en taguant @leveilcyno ! Tous les avis sont permis, tant qu’ils restent cordiaux, un débat n’est ni un abattoir ni un défouloir !

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la bibliographie, qui m’a permis de nourrir cet article de la façon la plus exacte et précise possible. Certaines de ces lectures sont très enrichissantes, faites vous plaisir !

L’Éveil Cyno

Bibliographie : 

1CNRTL, Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales

2Pour avoir un échantillon de la boîte à outil de l’éducation positive :

Récapitulatif sur les concept intéressants en éducation canine”, Céline Ouzilou, 2016, hund.fr  

3Etudes comparatives de l’effet de différentes méthodes d’éducation :

Training methods and owner-dog interactions: Links with dog behaviour and learning ability.”, Rooney N.J. & Cowan S., 2011, Applied Animal Behaviour Science

Dog training methods: Their use, effectiveness and interaction with behaviour and welfare.”, Hiby E.F., Rooney N.J. & Bradshaw J.W., 2004, Animal welfare

The relationship between training methods and the occurrence of behavior problems, as reported by owners, in a population of domestic dogs.”, Blackwell, E. J., Twells, C. A., Seawright, A., & Casey, R. A., 2008, Journal of Veterinary Behavior: Clinical Applications and Research

Compilation de résultats d’études scientifiques sur l’impact des méthodes d’éducation sur le chien :

Quelle est la meilleure méthode pour éduquer son chien selon la science ?”, Alice Mignot, 2021, Dans la tête des chiens Podcast

4Etude sur les effets secondaires des méthodes d’éducation coercitives : 

The effects of using aversive training methods in dogs – A review.”, Ziv G., 2017, Journal of Veterinary Behavior: Clinical Applications and Research

The relationship between training methods and the occurrence of behavior problems, as reported by owners, in a population of domestic dogs.”, Blackwell, E. J., Twells, C. J., Seawright, A., & Casey, R. A., 2008, Journal of Veterinary Behavior: Clinical Applications and Research

5Dossier complet sur la théorie de la dominance : 

Chien dominant et hiérarchie, l’article complet à partager”, Ness, 2021, Cynotopia

6Livre sur l’histoire de la relation homme-chien :

Dog’s Best Friend, Annals of the Dog-Human Relationship, Mark Derr, 2004

7Pour en savoir plus sur le conditionnement opérant, sa découverte, son fonctionnement :

What Is Operant Conditioning And How Does It Work?”, Saul Mcleod, mis à jour en 2023, simplypsychology.org

8Résumé de la première publication de Karen Pryor sur l’entraînement des dauphins :

Training for Variable and Innovative Behavior”, Karen Pryor, 2014, International Journal of Comparative Psychology.

9Utilisation du conditionnement opérant dans les zoos :

Operant Conditioning at the Zoo, Karen Pryor, 2003, clickertraining.fr 

10Pour en savoir plus sur Ian Dunbar

11Pour en savoir plus sur Catherine Collignon

12Importance de l’appuie des méthodes d’éducation sur la science :

Why Science Matters”, Science Matters Academy of Animal Behavior

How Science is Revolutionizing the World of Dog Training”, Winston Ross, 2020, Time

13Etude sur l’impact du niveau de contrôle d’un évènement sur le stress qu’il procure :

Learned helplessness: Theory and evidence.”, Maier, S. F., & Seligman, M. E., 1976, Journal of Experimental Psychology: General

14Etude sur les raisons de la persistance des fausses croyances :

Misinformation and Its Correction: Continued Influence and Successful Debiasing”, Stephan Lewandowsky, Ullrich K. H. Ecker, 2012, Association for Psychological Science

15Etude parlant des effets de la colère sur les réactions physiologiques : 

Anxiety sensitivity and retaliatory aggressive behavior in research volunteers”, Joshua J. Broman-Fulks, Michael S. McCloskey, Mitchell E. Berman, 2006, Wiley Online Library, Aggressive Behavior

Vie pratique : s’engager

Vous voulez vous engager auprès des animaux, défendre leurs droits, contribuer à leur bien-être ? Il existe forcément une action qui vous correspond. Voici quelques façons de participer, vous aussi, à ce grand combat.

Parlez !

La manière d’agir la plus simple, mais pas la moins importante, c’est parler ! L’ignorance est sans doute l’une des premières causes de maltraitance. Partagez vos lectures et recommandez les bons professionnels !

Donnez

Faire un don financier, parrainer un animal, adhérer à une association ou faire un don de matériel sont autant d’actions primordiales pour soutenir la cause animale. Les associations ne reçoivent aucune subvention, vous êtes donc les seuls à pouvoir les faire vivre.

Devenez famille d’accueil

Offrez un foyer à un animal en attendant qu’il soit adopté. La plupart du temps, l’association qui vous confie l’animal prend en charge les frais vétérinaires et peut vous prêter du matériel. Vous pouvez être famille d’accueil pour une association, un refuge, une école de chiens guides ou de chiens d’assistance par exemple.

Devenez bénévoles

Offrez de votre temps à une association ou un refuge. Nourrir les chats errants, faire des collectes de nourriture, promenez les chiens des refuges, nettoyer les boxs, recueillir les animaux venant de l’étranger, autant d’actions qui nécessitent des bras dont vous pouvez faire partie.

Cette liste est loin d’être complète et exhaustive ! Maintenant que vous avez des idées, c’est à vous de vous renseigner. A vous de jouer !  

Vie pratique : bien choisir son éducateur canin

Lorsque je parle d’éducateur, je désigne l’ensemble des professionnels du monde canin dont le métier consiste à accompagner les familles pour l’accueil, l’éducation et la rééducation d’un chien. Cela désigne tout aussi bien les éducateurs que les comportementalistes, les cynologistes ou même les coachs canins. La qualité du service ne dépend pas du titre de la personne mais de la personne elle-même. Cet article a justement pour but de vous aider à trouver la bonne personne pour vous accompagner.

POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT ?

Le monde du chien rencontre aujourd’hui deux fléaux qui lui coûte cher : l’incompétence et la maltraitance.

L’incompétence n’est pas grave en soit. Elle est souvent due à un manque voire à une absence de formation ou d’expérience. Elle est malheureusement courante, puisque ce métier n’est pas encadré : n’importe qui peut s’autoproclamer éducateur canin. La seule certification obligatoire est l’ACACED, trois jours de formation principalement sur la législation de l’élevage et du transport d’animaux. On est d’accord, c’est complétement insuffisant.

Mais le cancer de l’éducation canine, c’est la maltraitance. On ne parle pas ici du chien qui vit sur le balcon ou dans une cave, ni de celui qui se prend des coups chez son propriétaire. Là on parle de « professionnels », qui déguisent la maltraitance derrière des croyances nuisibles et obsolètes. Car oui, certains « professionnels » utilisent la violence pour « éduquer » les chiens : pendu au bout d’un collier à pic, écrasé le dos contre le sol, des coups de pieds dans le ventre, et j’en passe. Malheureusement, la maltraitance est profondément liée à l’incompétence : ne pas connaitre les besoins et les fonctionnements du chien peut pousser à négliger sa sensibilité et ses modes d’apprentissages.

Si cet article est si important, c’est parce qu’il n’est pas si facile de repérer un bon professionnel. L’absence de cadre et de régulation permet à n’importe qui d’abuser du « positive washing », et une seule mauvaise expérience peut être traumatisante pour le chien. Alors pour faire votre choix, oubliez les belles images et les belles mentions sur le site internet et ouvrez vos chakras.

MENER SON ENQUÊTE

Voici quelques conseils pour mener votre petite enquête sur un professionnel :

Vérifiez ses formations : le professionnel doit être formé. L’ACACED est nécessaire (légalement) mais pas suffisant. Il doit faire preuve d’une formation initiale solide (complète et sur plusieurs mois) et de formation continue (actualisation des connaissances, séminaires, etc). N’hésitez pas à étendre votre enquête aux organismes qui l’ont formé, car certaines formations transmettent des connaissances dépassées et dangereuses. Il existe des certifications comme la MFEC (mouvement francophone des éducateurs de chiens de compagnie) qui récence les formations respectueuses de l’homme et du chien.

Vérifiez son entreprise : un éducateur canin est très souvent un autoentrepreneur. Vérifiez que son entreprise existe, c’est-à-dire qu’elle possède un numéro SIRET.

Visitez ses réseaux : s’il en écrit, lisez quelques-uns de ses articles, regardez ses vidéos, sa page Instagram. Pour être en adéquation avec une personne, il faut aussi l’être avec ce qu’elle partage.

Passez-lui un coup de fil : le premier contact est important, il vous permettra de savoir rapidement si vous êtes sur la même longueur d’onde. Pour cela, n’hésitez pas à discuter avec lui par téléphone avant même d’entamer les séances d’éducation.

Aucun de ces éléments n’est séparable des autres, c’est l’impression d’ensemble que dégage le professionnel qui doit vous sembler juste et positive. 

FIEZ VOUS À VOTRE INTUITION

Combien de témoignages ai-je lu ou entendu : « Ça me semble mal, mais c’est lui le professionnel… » ?

Même si vous n’y connaissais rien en éducation, si vous avez un doute sur les méthodes de votre éducateur, parlez-en. Parlez-en à lui, il aura peut-être une bonne explication. Parlez-en autour de vous, ici même s’il le faut. Et soyez-en sûr, il n’y a aucune bonne raison de faire mal ou peur à un chien. Si votre chien a mal, partez ; si votre chien a peur, partez.

Et c’est valable pour vous aussi ! Si l’éducateur est super avec les chiens mais désagréable avec vous, rien ne vous oblige à rester ! Un bon professionnel ne devrait jamais vous imposer une méthode que vous n’appréciez pas. Il doit être à l’écoute, patient, pédagogue, et ne doit jamais vous juger.

Votre impression est toujours légitime. Même si la personne est en fait un bon éducateur, si votre impression est négative, vous avez le droit de changer. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde ! Pour faire un travail efficace, l’équipe éducateur-famille doit être complice. Les séances avec votre éducateur doivent être un moment agréable pour votre chien comme pour vous !

Vie pratique : ressources

Vous trouverez ici toutes les ressources utiles et validées par L’Éveil Cyno : des sites internet, des chaines youtube, des podcasts, des groupes Facebook, des applications, des associations. Pas besoin de tout consulter ! Choisissez les sources qui vous intéressent le plus.

Cette page à vocation à s’enrichir, je vous invite à me partager vos propres ressources par mail ou sur les réseaux pour que je la complète !

Ce n’est pas parce qu’une source apparait ici que je suis d’accord avec tout ce qui y est dit. Être d’accord pour tout, c’est impossible, mais c’est aussi à vous de vous faire votre propre avis 😉

SITES INTERNET D’ÉDUCATION

Sur ces sites, vous trouverez pour certains des articles, pour d’autres des webinaires et des formations en ligne, parfois les deux. Vous pouvez vous intéresser aussi aux réseaux sociaux associés (facebook, instagram, youtube).

Cynotopia : éducation, comportement, fitness canin, tricks, recettes de friandise, tests de produits et lectures

De main de maitre : éducation, comportement, fiche de races, quiz d’éducation, actualités, concours

Muzo+ : éducation, comportement, medical training, sports canins, fitness canin, photographie

Cynoconsult : éducation, comportement, actualités, santé, fiche de race, coup de projecteur élevages

Animal University : éducation, comportement, éthologie, psychologie, médecines vétérinaires, formations

Centre d’éducation Animalin : éducation, comportement, clicker, actualités,

Vox Animae : éducation, comportement, actualités, évènements

Areg Animalcare : éducation, comportement, santé, ostéopathie

CynoPsy : éducation, comportement, magasine CynoPsy Mag, formation

Cynochon – Cynologiste : clicker, méditation, relation

Jérémy Serindat éducateur canin : éducation, comportement, spécialisé en réactivité

SITES INTERNET PRATIQUE

Emmène ton chien : site qui référence tous les hébergements et lieux dog-friendly pour emmener son chien en vacances

La cantine d’Owen : pour s’informer sur le BARF et la ration ménagère équilibré

CHAINE YOUTUBE

Déclic et des chiens : éducation, comportement, santé du chien

Nature de chien : éducation, comportement, fitness canin, entretien du chien

Eduzen : éducation, comportement, activités et sports canins, tricks

PODCASTS

La niche aventure : les conversations de Claire avec des personnes passionnées et inspirantes sur des thèmes variés autour du chien : éducation, mode de vie, développement personnel, etc.

Futur chien guide : les rencontres d’Estelle avec des familles d’accueil pour chien guide d’aveugle, des maîtres chien guide mais aussi plein d’autres invités engagés auprès des chiens guides d’aveugles.

Dans la tête des chiens : Alice vous partage ses réflexions sur le bien-être canin en réunissant dans son podcast études scientifiques et application pratique.

APPLICATIONS

TWIP : une carte collaborative pour trouver les lieux utiles pour la vie avec un chien : lieu de balade, vétérinaires, restaurant acceptant les chiens, etc.

Emprunte mon toutou : une plateforme de mise en relation de petsitter bénévole et de propriétaires de chien pour faire garder votre animal facilement et gratuitement (nécessite un compte premium sur l’application).

PAGES ET GROUPES FACEBOOK

D’une manière générale, évitez les groupes d’éducation canine, la plupart des personnes qui s’y trouvent ne sont pas des professionnels, et les conseils qui y sont donnés ne sont ni corrects ni adaptés à votre chien.

Groupes Facebook de balades et rencontres canines : rejoignez les groupes Facebook de balades de votre région pour rencontrer de nouvelles personnes et organiser des balades collectives !

La team cap dog : un groupement d’éducateurs passionnées et pro pour vous diriger vers un confrère de votre secteur aux méthodes respectueuses vérifiées.

Communauté pro muselière : un groupe Facebook d’aide au choix de la muselière.

Groupe de soutien aux propriétaires de chiens sensibles et réactifs : un groupe de soutien aux personnes vivant avec un chien réactif, pour partager son expérience, échecs ou progrès (pas de conseils d’éducation sur ce groupe).

ASSOCIATIONS

In Dog We Trust : association de protection animale spécialisée en rééducation et réhabilitation de chiens ; articles, vidéos, boutique

Blanc Comme Neige : Association d’actions de prévention sur le phénomène Double Merle et d’aide à l’adoption pour ce type de chien, en situation de handicap ; articles, vidéos

Vie pratique : bien s’équiper

Avant d’accueillir votre chien, il va falloir faire du shopping ! Voici une liste indicative du matériel nécessaire.

L’ESSENTIEL

Le couchage : panier, coussin, matelas, etc, vous avez l’embarras du choix ! Optez pour un couchage facilement nettoyable et adaptée à la taille de votre chien. Vous pouvez en prendre plusieurs pour les répartir dans la maison. Placez-les dans des lieux tranquilles où votre chien ne sera pas dérangé.

Les gamelles : au moins une gamelle pour l’eau qui doit toujours être à disposition. Ici, je ne conseille pas la gamelle pour la nourriture ! Tapis de fouille, balle distributeur ou à même l’herbe du jardin, autant de façon plus ludique de nourrir votre chien. 

Les jouets : leur taille doit être adaptée pour que votre chien puisse les prendre en gueule, vous pouvez anticiper sa taille adulte et prendre de gros jouet, mais il a aussi besoin de petit jouets qu’il peut facilement manipuler tant qu’il est petit. Choisissez des jouets qui lui procurent des sensations différentes : des jouets durs, mous, en caoutchouc, en bois, en tissu, faisant un bruit de papier ou un couinement.

Les brosses : il vous faudra entretenir le poil de votre chien à l’aide de brosses. Choisissez une brosse adaptée à son type de poils, et surtout qui n’est pas douloureuse pour sa peau (pour le savoir, il suffit de frottez votre main dessus, si c’est agréable alors c’est validé !).

La trousse de secours : pas de panique, les accessoires de soin sont les mêmes que pour les humains. Prévoyez simplement d’y ajouter une pince à tique, car il est fortement déconseillé d’enlever celles-ci à la main, au risque d’y laisser la tête (celle de la tique).

Le matériel de sorties :

La laisse doit être assez longue pour permettre à votre chien de renifler librement lors des sorties (idéalement 150 à 200cm), sans quoi vous l’incitez à tirer sur sa laisse pour s’en satisfaire. On évitera la laisse enrouleuse pour l’apprentissage de la marche en laisse, car elle incite le chien à tirer pour la dérouler.

Le collier doit être plat et ne doit pas étrangler le chien. Les laisses lasso et les colliers semi-étrangleurs sont à éviter, et les colliers à pic sont formellement interdit ici.

Le harnais est préférable pour les chiens qui tirent. Le choix du matériel ne conditionnera pas la marche en laisse de votre chien, alors autant mettre tout le monde à l’aise ! Il doit être à la bonne taille, voire légèrement trop grand pour les chiots pour ne pas entraver leur croissance. Il doit être retiré hors des balades et ne doit pas gêner les épaules (donc éviter les harnais type Julius).

La longe est un accessoire qui permet à votre chien de s’épanouir dehors en toute sécurité.

N’oubliez pas les sacs à crottes pour respecter les espaces communs et la pochette à friandises pour l’éducation.

LES P’TITS PLUS

Le collier lumineux : les balades durant les sombres soirées d’hiver seront plus agréables si votre chien est repérable. Une lampe à vélo accrochée au harnais fait aussi l’affaire.

Les protections pour la voiture : si votre chien voyage dans la voiture, pensez à y placer une couverture pour protéger les sièges ou le coffre des griffes et de la saleté.

La cage : elle peut être utilise pour le transport de votre animal ou comme lieu de couchage pour l’y habituer (porte ouverte).

La muselière : obligatoire en lieu public pour les chiens catégorisés, elle l’est aussi pour tous les chiens dans les transports en commun. Il est intéressant d’en faire l’apprentissage au chien dès le plus jeune âge. Les muselières en nylon sont à proscrire car elle empêche le chien d’ouvrir la bouche (ou elle est inutile). Le chien doit pouvoir bailler sans gêne dans sa muselière.

Pour terminer, je ne peux que vous encourager à faire de la récup’ ! Privilégiez la seconde main au matériel neuf permet de diminuer son impact sur l’environnement mais aussi d’alléger son budget. Revendez ou donnez le matériel que vous n’utilisez plus (le matériel de chiot quand il devient adulte par exemple).

Joyeux shopping !

Pour plus d’informations :

Conseils d’éducation : utiliser une longe

Vie pratique : Combien ça coûte, un chien ?

On voudrait ne pas y penser et pourtant, un chien coûte de l’argent ! Le prix d’acquisition du chien est une évidence, mais les frais s’accumuleront également tout au long de sa vie. Il est indispensable de les anticiper pour être sûr que l’on PEUT et VEUT dépenser cette argent. Voici tout ce à quoi il faut réfléchir pour calculer votre budget*.

LE PRIX D’ACQUISITION

La première dépense à faire lorsque l’on adopte un compagnon, c’est le prix à payer pour l’obtenir. Il dépend de la race et de l’origine du chien. L’adoption en refuge ou en association est la moins couteuse. En élevage, le prix dépend de la race du chien mais aussi de l’élevage lui-même. Les chiots chez les particuliers sont souvent à un prix intermédiaire entre l’association et l’élevage.

Notez que les premiers frais vétérinaires du chiot (primo-vaccins, identification), les frais de stérilisation et même quelques matériels peuvent être compris dans le prix ou pas ! Renseignez-vous auprès du vendeur pour le savoir.

Lorsque vous choisissez votre chien, prenez en compte sa taille : un grand chien coûte souvent beaucoup plus cher qu’un petit chien, notamment pour l’achat de la nourriture et du matériel.

LE MATERIEL

Avoir un chien, c’est une chose, mais il faut la panoplie avec ! Je vous laisse lire cet article pour prévoir vos dépenses.

LES FRAIS VÉTÉRINAIRES

Tout au long de sa vie, votre chien aura besoin de soins vétérinaires. Certains sont réguliers, comme les vaccins, les antiparasites et les vermifuges, d’autres sont ponctuels liés à l’état de santé de votre animal et à la vieillesse.

Attention, certaines races sont prédisposées à certaines maladies. Ainsi, les chiens à face plate comme les bouledogues sont sujets aux problèmes respiratoires, les grands chiens sont touchés par la dysplasie ou la dilatation-torsion de l’estomac, et les chiens à fourrure dense ou aux plis de peau comme le show-show ou le sharpei sont très sensibles aux problèmes de peau. Renseignez-vous bien sur les maladies courantes de la race choisie pour prévoir le budget du traitement. Si vous souhaitez minimiser ces risques, choisissez une race plus rustique connue pour sa résistance.

Surtout, ne négligez pas les frais vétérinaires ponctuels lorsque vous réfléchissez à votre projet, car ceux-ci peuvent vite se chiffrer en milliers d’euro ! Si vous n’avez pas les moyens d’assurer une telle somme de manière soudaine, songez à prendre une assurance pour rester l’esprit tranquille et étaler les dépenses.

LE COÛT DE LA NOURRITURE

Selon la taille de votre chien mais aussi vos propres choix, le coût de la nourriture peut être très différent.

Pour faire ce calcul à l’avance, songez d’abord au type de nourriture que vous souhaitez donner à votre chien : croquettes ou nourriture cru ? Alimentation bon marché ou de qualité ? Faite maison ou achetée préparée ?

Pensez également au prix des « extra » : les friandises pour l’éducation et lui faire plaisir, mais surtout aux friandises à mastiquer, indispensable à son bien-être.

LES DÉPENSES ANNEXES

Selon les besoins d’entretien de votre chien, vos disponibilités, vos projets d’éducation, de nombreux frais peuvent s’ajouter à la note.

Votre chien a-t-il besoin d’un toilettage régulier ?

Allez-vous devoir le faire garder en journée ou pendant vos vacances ?

Allez-vous faire appel à un professionnel pour vous accompagner dans son éducation ? Allez-vous vous inscrire en club canin ?

Souhaitez-vous pratiquer une activité avec votre chien ?

Maintenant, vous connaissez toutes les sources de dépenses liées à votre futur compagnon. C’est à présent à vous de faire vos calculs et projections en fonction de votre projet. Je suis à votre disposition par mail ou sur les réseaux sociaux pour répondre à vos questions et vous accompagner dans votre beau projet.

*Je ne donne volontairement pas de chiffre. Je vous encourage à faire vos propres recherches en fonction des éléments à prendre en compte pour votre projet d’adoption.

Pour plus d’informations :

Conseils d’éducation : choisir son compagnon

Vie pratique : bien s’équiper

Vie pratique : bien choisir son éducateur canin

Conseils d’éducation : éducation, par où commencer ?

Ça y est, votre chiot est là ! On vous a répété mille fois qu’il allait falloir l’éduquer, mais quand on compare son caractère de chiot à un chien adulte, on se rend compte que le chemin est long… Par quoi commencer ? Quelles sont les priorités ?

Avant de commencer, on se détend. Votre objectif n’est pas d’en faire un chien militaire mais un chien de famille bien dans ses pattoûnes. Les apprentissages se feront au fur et à mesure, au rythme de votre chien. Il ne faut pas lui mettre la pression, c’est encore un bébé, et comme chez les humains, il faut apprendre à mettre les carrés dans les carrés et les ronds dans les ronds avant d’apprendre par cœur le théorème de Pythagore ! Mais c’est tout de même un bébé qui peut et a besoin d’apprendre. N’attendez pas qu’il soit adulte pour commencer à réfléchir à son éducation.

Ensuite, jetons à l’eau les fausses idées : le fameux triptyque « assis, couché, pas bougé » n’est absolument pas nécessaire à une bonne éducation ! Utile, peut-être, mais pas une priorité. Derrière les enjeux planétaires de la propreté et des mordillements, on oublie souvent l’essentiel… Voici donc, selon moi, les 4 priorités trop souvent oubliées.

APPRENDRE A SE CONNAITRE

Nous le répétons souvent ici, chaque chien est unique. Même après avoir lu toutes les fiches de race de votre chien, regardé toutes les vidéos sur les chiots et dévalisé toutes les bibliothèques du quartier, vous vivrez bien des surprises imprévues. Adopter un chiot, c’est d’abord faire une rencontre, avec un individu au caractère, aux envies et aux angoisses propres. Alors pour que votre cohabitation se passe bien, il faut d’abord apprendre à se connaitre. Si ça a l’air évident, je constate que bon nombres de personnes ne connaissent pas leur chien, tout simplement parce qu’elles ne l’écoutent pas.

Votre chien ne sera jamais capable de vous dire de vive voix ce qu’il aime ou pas. Alors pour comprendre votre compagnon, il faut l’observer. Qu’est-ce qui le rend heureux ? Qu’est-ce qui lui fait peur ? Quelles sont ses besoins ? Les premiers jours de votre vie commune, mais aussi tout au long de votre vie ensemble, gardez un œil attentif sur ses habitudes, ses réactions, ses plaisirs. Bien sûr, cette découverte est réciproque : lui aussi va apprendre à vous connaitre. Au fur et à mesure de votre relation, vous serez fiers de pouvoir dire qu’il vous connait par cœur, et que vous le comprenez mieux que quiconque.

Mais pour ouvrir son esprit à de telles observations, il faut d’abord le fermer à sa vision du chien parfait. C’est lorsque nous projetons nos propres envies sur notre chien que nous sommes aveugles à celui qu’il est vraiment. Vous rêviez d’un chien calme et réfléchi et il est impulsif et fonceur ? Vous rêviez d’un chien bosseur et concentré et il ne pense qu’à jouer ? Vous rêviez d’un chien qui n’aime que vous et il est prêt à partir avec n’importe quel inconnu ? Il va falloir l’accepter.

Pour le comprendre plus facilement, l’idéal est de le questionner. Si vous lui demander « tu préfères bacon ou poulet ? », il ne vous répondra pas. Mais si vous lui tendez un bout de chaque, vous verrez bien lequel il prend en premier ! Laissez-lui le plaisir de vous guider en balades, vous découvrirez ses lieux préférés. Si vous lui tendez la laisse et qu’il ne bouge pas du canapé, peut-être préfère-t-il se reposer ? Ses réactions, ses positions, son corps entier vous parle et vous montre qui il est, apprenez à l’écouter.

CRÉER UNE RELATION

Bien que le chien soit connu pour être le meilleur ami de l’homme, son amitié se mérite. Votre chiot ne vous aimera pas du jour au lendemain. Si votre chiot n’a pas confiance en vous, les apprentissages seront difficiles, il ne vous écoutera pas et développera des craintes qu’il aurait pu éviter. Pas de formule magique pour créer une relation, elle vient avec le temps, à quelques conditions.

Il faut l’écouter : un chien qui se sent compris communiquera plus et mieux, et la communication est essentiel à une bonne relation.

Soyez cohérent. Plus vos demandes sembleront logique pour lui et plus il les respectera. Les règles doivent être claires et constantes dans le temps : ne l’autorisez pas à monter sur le canapé un jour si c’est pour le disputer le lendemain ! Elles doivent aussi être justifiées. Chaque interdit doit être accompagné d’une permission : tu n’as pas le droit de monter sur le canapé, mais tu peux te coucher sur ton coussin. Ne lui imposez pas des règles qu’il ne peut pas suivre.

Passez ensemble de bons moments et évitez les mauvais moments. Ne soyez jamais violent ni brusque avec lui. Au contraire, passez avec lui des moments complices et joyeux. 

Sécurisez votre chiot. Par sécurité, j’entends sécurité émotionnelle. La sécurité physique, comme le fait qu’il n’avale pas de produits chimique, va de soi. C’est votre responsabilité, mais elle n’influencera pas votre relation, sauf si c’est vous qui faite mal à votre chiot. Être en sécurité émotionnelle signifie se sentir à l’aise, ne pas avoir peur, ne pas se sentir en danger. Cela implique donc que vous ne fassiez pas peur à votre chien, lors de punition par exemple. Mais cela implique aussi que vous ne le mettiez pas volontairement dans une situation qui le rend mal à l’aise. 

SOCIALISER ET METTRE EN CONFIANCE

Socialiser son chien est une priorité pour celle-ci bien connue. Elle doit commencer avant même que le chien vous rejoigne, et il est indispensable de choisir un éleveur ou un particulier qui l’a réalisée correctement. Il faut ensuite la poursuivre à la maison, l’objectif final étant que votre chien soit à l’aise dans un maximum de situation possible.

Il faut socialiser son chien aux autres humains. Même si votre chiot semble aimer tous les humains qu’il croise, il faut prendre au sérieux cette socialisation. Il va gagner en maturité et sa vision du monde va changer. Il est impératif qu’il ait pu rencontrer un maximum d’humains différents. Mais attention : un chien peut être sociable avec les femmes, mais pas avec les hommes, avec les adultes mais pas avec les enfants, etc. Il doit donc rencontrer des humains en tout genre : vieux, jeunes, de toutes les couleurs de peau, avec un chapeau, avec une canne, tirant un caddie ou une poussette, etc.

Il doit être socialisé aux autres chiens, car, privé de sa mère et de sa fratrie pour souvent être le seul chien de la maison, il n’aura pas l’occasion d’apprendre la communication canine. Il doit rencontrer des chiens de toutes les tailles, de toutes les races, et de tous les âges.

Il doit également rencontrer un maximum de situations possibles : ascenseur, escalier, transports, ville, campagne, animaux, bruits etc. Ce principe, appelé l’immersion, a ses limites : réalisé trop brutalement, le chien peut être marqué profondément. Il faut aller au rythme de votre chien, surtout s’il montre des signes de craintes.

La socialisation permet au chien de devenir confiant dans son environnement. Elle doit être commencé dès l’arrivée de chiot, et ce même s’il n’est pas encore vacciné ! Il y a plus de risque que votre chien soit mal socialisé qu’il n’attrape une maladie, et une mauvaise socialisation est difficile à rattraper. Si cela peut vous rassurer, ne côtoyez que des chiens vaccinés avant que le vôtre le soit complétement.

APPRIVOISER LES ÉMOTIONS NÉGATIVES : IMPATIENCE, FRUSTRATION, SOLITUDE

Nous faisons de notre mieux pour rendre la vie agréable à notre chien. Considérez par beaucoup comme son enfant, nous souhaitons le protéger des mauvaises expériences et lui offrir la meilleure vie possible. Mais la vie est faite de hauts et de bas. Les mauvaises expériences et les sentiments négatifs en font aussi partie, et ils sont inévitables.

Pour préparer votre chiot à sa vie d’adulte, il est donc important de lui apprendre à gérer les situations négatives. Sans cela, vous risquez d’obtenir un chien qui ne contrôle pas ses émotions, qui s’excite, aboie voire mord face à une difficulté.

La première émotion négative à savoir gérer est l’impatience. C’est le cas de toutou qui saute dans tous les sens pour attraper sa gamelle au vol, ou qui passe entre les jambes pour sortir en premier ! Pour lui apprendre, c’est très simple, faites-le attendre un peu avant de lui donner ce qu’il veut. Apprenez-lui qu’il est gagnant s’il attend.

La deuxième émotion, très importante à contrôler, est la frustration. Un chien qui s’énerve pour que vous le laissiez monter sur vos genoux ou qui hurle et tire sur sa laisse pour aller à la rencontre d’un copain est souvent un chien qui ne gère pas sa frustration. Pour la lui apprendre, il suffit de ne pas céder à toutes ses envies ! S’il réclame en sautant, en aboyant, en s’excitant, il ne doit rien obtenir. Dans ce cas, ignorez-le et quittez la pièce s’il ne s’arrête pas. Puis, lorsqu’il est calme et à l’écoute, donnez-lui ce qu’il voulait : sa gamelle, son jouet, un câlin, une sortie.

La dernière émotion négative que votre chien devra savoir gérer, c’est la solitude. Un article est à venir sur ce sujet !

A présent, vous savez quels sont vos premiers objectifs. Ils le sont soit parce qu’ils sont un prérequis à toute l’éducation (apprendre à se connaitre et créer une relation), soit parce qu’ils sont une nécessité pour un chien équilibré et que tout se joue pendant la jeunesse (socialisation et gestion des émotions négatives). Les ordres de base, le rappel, la marche en laisse, tout le reste peut se faire plus tard. Profitez de vos premières semaines avec votre nouveau compagnon, puis revenez lire les autres articles !

Pour plus d’informations :

Conseils d’éducation : la propreté

Conseils d’éducation : la socialisation aux congénères

Conseils d’éducation : choisir son compagnon

Vous êtes déjà décidé à adopter un chien ou vous hésitez encore ? Dans tous les cas, vous avez compris que le choix de votre petit compagnon ne doit pas se faire au hasard. Un chien est un membre de la famille à part entière, il partagera votre vie pour une dizaine d’année. Ce projet qui chamboulera votre vie mérite bien que l’on s’y attarde un petit peu !

Si j’ai choisi de publier cet article dans la partie « éducation » (j’avais hésité avec « vie pratique »), c’est parce le choix de votre chien est la première étape, et une des plus importantes, pour réussir votre cohabitation. Un chien ne dépend pas que de l’éducation que l’on lui donne !

C’EST QUAND LE BON MOMENT ?

Vous me voyez venir, il n’y a pas de bon moment. L’accueil d’un chien sera toujours un chamboulement dans votre vie, aussi préparé soit-il. L’important, c’est de se sentir prêt ! Si vous rêvez toutes les nuits de votre futur compagnon, si vous êtes enthousiasme au moindre chien dans la rue, je pense que vous êtes prêt.

Cependant, même si la motivation est grande, l’accueil d’un chien change votre vie pour une dizaine d’année à venir. Il faut donc s’arrêter un instant, et faire l’effort d’anticiper. Évidemment, je ne parle pas de tout prévoir sur 10 ans, les imprévus font partie de la vie. Mais, pour les prochains mois à venir : allez-vous changer de travail ? Allez-vous déménager ? Allez-vous divorcer ? Allez-vous accueillir un enfant ? Êtes-vous en bonne santé ? Certains évènements prévisibles ne sont pas propices à l’accueil d’un chien. Il vaut mieux attendre quelques mois que la situation se stabilise avant de sauter le pas.

Maintenant, vous en êtes sûr, pour vous, les astres sont alignés pour accueillir un chien. Mais en est-il autant de votre entourage ? Notre enthousiasme est parfois aveuglant (je sais de quoi je parle). Si vous vivez avec d’autre personnes, assurez-vous qu’elles soient toutes d’accord avec le projet. Il n’est pas nécessaire que chacun s’investisse dans la relation avec le chien, mais il est obligatoire que tous acceptent de vivre à ses côtés.

Et si ce sont vos enfants qui réclament, considérez qu’ils ne s’en s’occuperont pas ! Ils auront assez de leur vie entière pour prendre cette responsabilité. Pourquoi pas, à la place, leur proposer de s’engager en devenant famille d’accueil ou bénévole ?

Enfin, l’accueil du chien nécessite du temps, pour apprendre à se connaitre, entamer une relation et s’adapter les uns aux autres. Libérez idéalement 2 à 3 semaines, sur votre temps de vacances ou en posant des congés. Si c’est impossible, demandez à un proche ou un professionnel de s’occuper du chien dans un premier temps (surtout si c’est un chiot).

LA PRIORITÉ : SE CONNAITRE SOI-MÊME

Avant même de penser au chien, pensez à vous ! Un chien, même adopté bébé, ne s’adapte pas toujours à sa famille. Il est donc essentiel de connaitre vos envies et vos besoins pour choisir un chien qui les partage.

D’abord, prenez en compte votre famille. La présence de jeunes enfants ou de personnes fragiles nécessite de privilégier les chiens calmes ou légers pour ne pas risquer d’accidents. Je ne parle pas de morsures mais de bousculades ! Un chien grandit plus vite qu’il n’est éduqué, et même très gentil, les excès de folie d’un grand chien adolescent peuvent être dangereux.

Votre famille ne s’arrête pas aux êtres humains : avez-vous déjà d’autres animaux ? Si vous avez des poules ou des lapins, mieux vaut peut-être éviter le chien de chasse. Si vous avez un autre chien, assurez-vous que le nouveau venu soit sociable avec lui. L’arrivée du nouveau venu ne doit pas générer de stress sur le long terme pour les animaux déjà présents.

A présent, c’est sans doute le plus important, quelles sont vos envies ? Pourquoi voulez-vous un chien ? Que voulez-vous partager avec lui ? 

Voici quelques questions à vous poser pour mieux exprimer vos motivations : est-ce que je prends un chien pour une utilité particulière (garde, chasse, troupeau) ? Ai-je envie de pratiquer du sport avec mon chien ? Vais-je faire de longues promenades quotidiennes ? Ai-je envie de m’investir dans la vie intellectuelle de mon chien (lui apprendre des tricks par exemple) ? Va-t-il rester beaucoup seul ? Va-t-il vivre avec d’autres chiens ? Ai-je envie d’être challengé pour son éducation ? Ai-je envie de faire beaucoup de câlins à mon chien ? Ai-je envie d’avoir toujours mon chien avec moi ?

COMMENT CHOISIR ?

Une fois que vous êtes sûr de vos envies et de celles de la famille, au moins celles qui sont une priorité pour vous, vous pouvez commencer à réfléchir au groupe (chiens de chasse, de berger, d’ornement, lévriers, molosses etc), à la race, et à au chien lui-même.

Chaque race possède des tendances. Il m’est impossible de faire un résumé des races qui correspondent à chaque profil, ce travail serait long, illisible et surtout réducteur. C’est à vous d’effectuer vos recherches : consultez internet, les fiches de races, les livres, mais surtout parlez-en aux éducateurs et aux éleveurs ! Ils seront les mieux placés pour vous conseiller ou déconseiller une race.

Mais attention, la race ne fait pas tout : la lignée du chien joue un rôle primordial sur son caractère. Renseignez-vous sur les parents de votre chiot et sur la manière que l’éleveur a de sélectionner les parents. Car si tout le monde sait que le physique des parents se transmet, c’est aussi le cas du caractère !

Il faut également faire la distinction entre lignée de travail et lignée de beauté. Les chiens de lignée de travail sont sélectionnés pour la réalisation de tâches précises. Cette sélection est si forte que le chien aura BESOIN de réaliser cette tâche en grandissant, même si on ne lui a pas appris. Il est donc fortement déconseillé de prendre un chien de ces lignées si ce n’est pas pour les faire travailler : c’est inutile car ça n’en fait pas des « meilleurs » chiens, cela risque grandement de vous causer des soucis et de rendre le chien malheureux. La lignée de beauté sélectionne les chiens sur leur physique et les standards de la race. En choisissant un chien de ces lignées, vérifiez que l’éleveur sélectionne le caractère en parallèle de la beauté.

Enfin, soyez attentif au caractère du chien lui-même. Si vous choisissez un chien déjà grand, rencontrez-le plusieurs fois avant l’adoption, partagez du temps avec lui, et discutez si possible avec les personnes qui s’occupent de lui. Si vous prenez un chiot, faites confiance à l’éleveur : lui qui a vu grandir ses chiots depuis leur naissance, il sera le plus à même de vous orienter. Cependant, fiez-vous aussi à votre intuition !

Évidemment, les professionnels du monde canin sont là pour vous accompagner avant même l’arrivée de votre compagnon. Nous serons capables de vous conseiller sur le choix de la race, de visiter avec vous l’élevage, le particulier ou le refuge, et même de vous guider sur le choix du chien lui-même. C’est la première étape pour ne vivre que du bonheur avec son chien !

OÙ ACQUÉRIR UN CHIEN ?

C’est souvent la grande question : adopter ou acheter ?

Personnellement, je n’aime pas cette opposition : un chien n’est jamais gratuit, même les chiens de refuges sont « achetés » ; et un chien est toujours adopté car, chiot ou adulte, vous accueillez un nouveau compagnon dans votre famille.

Il y a des bonnes raisons de faire l’un ou l’autre. C’est votre choix, il vous revient. Ne soyez pas tenter de prendre un chien en refuge parce que « c’est pour le sauver » si vous ne vous en sentez pas capable, et ne tombez pas dans la caricature du « c’est plus facile d’élever un chien encore bébé ».

Il y a plusieurs façons d’obtenir un chien :

L’élevage : c’est le moyen le plus connu d’avoir un chiot, mais ce n’est pas forcément le plus rapide ni le plus sûr. Il est indispensable de bien choisir son élevage, car un travail mal fait peut avoir des conséquences sur la santé et le comportement des chiots, et ce peu importe l’éducation et les soins qui suivront !

Pour choisir son élevage, vérifiez en priorité que :

  • Les chiens reproducteurs sont enregistrés au LOF et confirmés
  • Les chiens reproducteurs sont dépistés aux maladies connues de la race (dysplasie, gènes etc)
  • Les chiens adultes sont en bonne santé, bien nourris, et que leurs conditions de vie correspondent à leurs besoins
  • Les chiots soient correctement socialisés et stimulés (présence régulière d’humains en tout genre, d’autres animaux, de jeux, de nouveauté, sorties à l’extérieur, etc)
  • Les chiots font une visite chez le vétérinaire avant de vous rejoindre : identification, primo-vaccination et certificat de bonne santé

Fuyez si :

  • L’éleveur ne vous fait pas visiter l’élevage
  • L’éleveur ne vous montre pas au moins la mère (il n’y a pas de bonnes excuses, une mère bien dans ses pattes est tout à fait capable de recevoir des invités même si elle a des chiots !)
  • L’éleveur refuse de vous envoyer des photos régulièrement
  • L’éleveur ne semble pas prendre de plaisir à parler de son métier et de ses chiens
  • Les chiens adultes et les chiots ont peur de vous

Vous avez le droit d’exiger, vous avez le droit de fuir. Ne prenez surtout pas en pitié un chiot mal traité pour « le sauver », car vous incitez la personne à faire de même avec des centaines voire des milliers d’autres par la suite.

L’animalerie : je déconseille. Les chiots en animalerie viennent d’élevages industriels et sont souvent retirés de la mère trop tôt pour être dès 2 mois derrière la vitrine. Leurs conditions de détention ne sont pas du tout adaptées et la pratique incite à l’achat compulsif. De toutes façons, cette possibilité devrait disparaitre en 2024.

Les salons d’exposition : je déconseille également. L’ambiance d’un salon n’est pas adaptée aux chiots. Cette façon de vendre des chiots favorise également l’achat compulsif. Mais c’est surtout un lieu où chiots et chiens adultes, parfois non vaccinés, se côtoie sans limite : un paradis pour les maladies ! Je connais personnellement un chiot mort d’une maladie attrapé sur le salon où il avait été acheté… ainsi que la moitié de sa fratrie. À éviter, donc !

Les association / les refuges : contrairement à ce que l’on peut penser, il y a aussi des chiots et des chiens de race dans les refuges ! Certains chiens peuvent avoir vécu des moments difficiles, qu’il faudra prendre en compte dans votre manière de l’éduquer. Mais bon nombre d’entre eux sont des chiens de famille idéal ! La relation créée avec un chien ne dépend pas de son origine mais de la connexion qu’il y aura entre vous et de votre investissement auprès de lui. Allez-y sans préjugés !

Les particuliers : c’est souvent un moyen d’obtenir un chiot de race pour un budget restreint. Malheureusement, c’est aussi par ce biais que certains se débarrassent de chiots non désirés, ou vendent des chiots issus de trafic d’animaux. C’est une nécessité absolue d’aller voir les chiots et la mère avant de décider d’adopter, pour vérifier que tous sont bien soignés et bien socialisés (en contact très régulier avec des humains). Un chiot grandissant au fond d’une ferme peut paraitre chanceux, mais il peut aussi développer des craintes pour les humains qui vous causeront bien des ennuis ! Faites attention aux apparences, demandez des photos régulièrement et fuyez au moindre doute. Si c’est par ce biais que vous souhaitez adopter votre chien, faites appel à un professionnel pour vous aider à vérifier que tout est en ordre.

CONCLUSION

Finalement, choisir son chien, c’est trouver le bon équilibre entre cœur et raison. Prenez le chien que vous avez envie de prendre, celui qui vous appelle, celui avec lequel vous ressentez déjà une connexion. Mais assurez-vous de bien le connaitre et d’être sûr de pouvoir répondre à ses besoins tout au long de sa vie.

Bonnes recherches, bonne adoption, et surtout n’oubliez pas : les professionnels du monde canin sont là pour vous guider. Demandez nous conseils, nous serons ravis de vous accompagner dans ce beau projet !

Pour plus d’informations :

Le livre Mieux choisir son chien de Cynotopia

Conseil d’éducation : éducation, par où commencer ?

Vie pratique : bien s’équiper

Conseils d’éducation : réguler les aboiements

Réguler les aboiements

Les aboiements sont souvent une source d’énervement et de conflits. Poussant parfois les nerfs de leurs humains à bout, les grands bavards ne sont pas non plus dans le cœur des voisins. Est-il possible d’empêcher son chien d’aboyer ?

Le collier anti-aboiement ne fait pas partie de mes méthodes, il ne sera donc pas abordé ici.

Je vous invite à lire cet article pour comprendre pourquoi.

Autant vous le dire tout de suite, la solution miracle n’existe pas. Vraiment pas. Si quelqu’un vous dit qu’elle existe, il ment, tout simplement.

Mais si la solution miracle n’existe pas, des solutions existent quand même ! Elles seront différentes selon la cause des aboiements et demanderont de l’investissement de votre part.

Commencez par vous demander pourquoi votre chien aboie.

Observez-le : fixe-t-il quelque chose en particulier lorsqu’il aboie (chiens, humains, objets etc) ? Pouvez-vous identifier un déclencheur (bruit, passage etc) ? Quels sentiments expriment-ils en aboyant (peur, joie etc) ?

S’il aboie en votre absence, je vous conseille vivement d’installer une caméra : elle vous permet d’effectuer ce travail d’observation et de vérifier les dires du voisin en cas de conflit de voisinage.

Voici quelques raisons d’aboiements courantes et quelques pistes de travail* : 

Il monte la garde

Garder la maison est un comportement qui a été demandé et sélectionné des années durant, il est impossible de l’éteindre du jour au lendemain. Il sera délicat de travailler sur le fond, c’est-à-dire d’empêcher votre chien de s’intéresser aux passants. Le travail sera plutôt de changer petit à petit la réaction du chien face au stimuli. Une solution possible est le contre-conditionnement : repérez le stimuli qui déclenche les aboiements (bruits dans le couloir par exemple) et apprenez à votre chien à faire autre chose à ce moment (aller au panier par exemple). Petit à petit, récompensez aussi l’absence d’aboiement, qui viendra plus naturellement puisque le chien sera concentré à faire autre chose.

Si vous en avez les moyens, dissimulez le stimuli déclencheur. Par exemple, si le déclencheur est la vue d’un passant, songez à installer un brise vue.

Il s’ennuie

L’aboiement peut être une réelle distraction pour le chien. Dans ce cas, ils ont le malheur d’être très satisfaisant et donc auto-renforçant. Ici le travail de fond est indispensable. Votre priorité sera donc de trouver des occupations pour votre chien : activités masticatoires, kongs fourrés ou fouille de croquette lors de vos absences, et si possible augmenter les activités en votre présence (promenades, activités de réflexion, rencontres congénères, sports etc). Vous pouvez aussi faire garder ou sortir votre chien par un proche ou un professionnel.

Il souffre d’anxiété de séparation

Si votre chien ne supporte pas rester seul (ou sans une personne en particulier), il peut aboyer pour évacuer son stress ou en espérant faire revenir la personne qui lui manque. Dans ce cas, c’est en travaillant sur le fond (le stress d’être seul) que vous résoudrez le problème.

Il a peur

Certains chiens peuvent aboyer lorsqu’ils ont peur (à l’inverse des chiens qui se sauveront). Lorsque la source de la peur est un chien ou un humain, cela peut vite devenir ennuyant. Dans cette situation, vous aurez la forme et le fond à travailler en parallèle : apprendre à votre chien à exprimer sa peur différemment (travail sur la forme), et bien évidemment désensibiliser le chien à la source de la peur (travail sur le fond).

Il est frustré

Votre chien peut aboyer lorsqu’il voit un chien mais ne peut pas aller à sa rencontre par exemple, c’est peut-être signe qu’il ne gère pas bien sa frustration. Vous ne pourrez pas l’empêcher d’être frustré, mais vous pouvez rediriger l’attention du chien sur autre chose (jeux ou récompenses, renforcer votre relation). Il faudra aussi travailler le contrôle de ses émotions.

Il joue

Certains chiens expriment leurs émotions lors du jeu par l’aboiement. Votre chien s’exprime, tout simplement. C’est, selon moi, la source d’aboiement la moins problématique. Le mieux est de l’accepter et d’en rire (si on vous regarde de travers, dites simplement « c’est un grand bavard ! », ça fera souvent sourire). Mais si c’est réellement problématique, seul le travail de la forme est possible (on n’empêchera pas le chien de jouer). Pour cela, arrêter le jeu lorsqu’il aboie, et récompensez le silence. Privilégiez le jeu dans les lieux et les moments compatibles avec le bruit (parc, forêt, la journée etc).

DANS TOUS LES CAS

Vous ne rendrez pas votre chien muet. Certains chiens aiment vraiment aboyer, il sera pour ceux là judicieux de les inciter à aboyer dans des lieux et moments convenables pour tout le monde (lors des balades par exemple).

Vous pouvez apprendre à votre chien le « chut ». Pour cela, lorsqu’il aboie, placez une récompense sous son nez et dites « chut » lorsqu’il se tait pour sentir la récompense, puis donnez-lui. Si les moments où il aboie ne sont pas adaptés à ce travail, apprenez-lui à aboyer sur commande, pour le faire aboyer puis taire dans une situation où il aura le contrôle de lui-même. 

Enfin, l’utilisation du clicker facilite grandement les apprentissages liés à l’aboiements. Renseignez vous sur la méthode, chargez votre chien** et clickez les moments de silence face au déclencheur de l’aboiement. Par exemple, mon chien aboie pour un bruit dans le couloir : clickez lorsque vous entendez un bruit avant que votre chien ne se mette à aboyer, une fois qu’il se tait ou entre deux aboiements. C’est un travail qui demande d’être attentif et réactif, mais qui est très efficace !

Vous l’avez bien compris, il est tout à fait possible de résoudre les problèmes d’aboiements de son chien à l’aide de méthodes positives, qui auront en plus l’avantage de travailler sur le fond ! Mais elle demande du temps et de l’investissement.

Je vous conseille largement de vous faire accompagner par un professionnel, qui vous aidera à rapidement comprendre la cause des aboiements et à mettre en place un travail adapté et efficace. Il n’y a pas de honte à se faire aider, ça ne viendrait à l’esprit de personne d’essayer de diagnostiquer sa maladie tout seul, alors faites confiance aux professionnels (mais choisissez le bien) comme vous faites confiance à votre médecin !

*Notez que je distingue le travail sur le fond = la source de l’aboiement, du travail sur la forme = l’aboiement en tant que réaction

**le chargement est la première étape du clicker training. Elle désigne la phase pendant laquelle le chien apprend la signification du cliker. Elle est terminée lorsque le chien associe systématiquement le bruit du clicker à la récompense. On dit alors que le chien est chargé.

Pour en savoir plus :

Le débat : les colliers anti-aboiements

Le débat : les colliers anti-aboiements

Le collier anti-aboiement, solution miracle pour retrouver le silence et une bonne ambiance dans le quartier ! … … ou pas.

L’aboiement est un problème courant, souvent source de conflit. Je ne sous-estime pas la nervosité causée par ce comportement, l’ayant moi-même vécu. Cet article n’a pas pour but de juger les utilisateurs de ces colliers. Son objectif est de reprendre, de manière objective et argumentée, l’ensemble des éléments permettant une réflexion construite sur cet instrument.

Comment ça marche ?

Le collier anti-aboiement se place autour du cou du chien, il provoque une situation négative (de nature diverse selon le collier) lorsque le chien aboie. Le chien doit comprendre que ses vocalises déclenchent le moment désagréable, et donc arrêter d’aboyer. C’est le principe de la punition : le collier punit le chien pour ses aboiements.

Quels sont les différents types de colliers ?

Le collier électrique : il émet une décharge électrique lorsque le chien aboie, à une intensité réglable.

Le collier à odeur (souvent la citronnelle) : il émet un jet de citronnelle, dont l’odeur est censée être désagréable pour le chien.

Le collier sonore : il émet un son ou un ultrason (audible seulement par les chiens).

Le collier à vibration : il vibre lorsque le chien aboie, à une intensité réglable.

Il arrive que deux types de punitions soient associés, par exemple les vibrations et le choc électrique. Certains utilisent même les vibrations comme moyen d’annoncer le choc électrique, ce qui inciterait le chien à s’arrêter dès la vibration pour éviter que le choc ne se déclenche.

Ces colliers peuvent être automatiques ou à télécommande. Le premier détecte l’aboiement du chien pour punir chaque fois que le chien aboie, le second nécessite que l’humain provoque la punition manuellement.

Une solution miracle ?

Avant de parler d’éthique, intéressons-nous quand même à l’efficacité de la méthode. Est-ce que ça marche ? Parfois oui, parfois non.

On ne peut passer à côté des nombreux satisfaits de ce produit, qui déclarent que ce collier a résolu instantanément les vocalises de leur chien. C’est sûrement vrai pour beaucoup d’entre eux.

Mais ne négligeons pas non plus les nombreux ratés ! De nombreux chiens s’acclimatent sans problèmes du jet de citronnelle, des vibrations ou du son, comme le témoignent ces commentaires lisibles sur internet* :

« Bruyant, sonnerie pendant la nuit, réveille le propriétaire, ça sonne et ça n’empêche pas le chien d’aboyer, produit inutile… »

« Super nul, ça ne fonctionne pas du tout ! Ni le son ni la vibration ne l’ont empêché d’aboyer ! Objet inutile ! »

« Ça n’a pas marché un petit peu. Mon chien l’a complètement ignoré. »

Si ces colliers semblent tout de même être efficace dans certains cas, est-ce une raison suffisante pour les utiliser ? Intéressons-nous maintenant aux « effets secondaires » du collier anti-aboiement.

Ces colliers peuvent-ils représenter un danger ?

Les dégâts physiques :

Oui, le collier électrique peut blesser le chien. Les décharges répétées, même à faible intensité, peuvent gravement brûler sa peau. Les chocs électriques peuvent être très dangereux pour les chiens de petites tailles (c’est d’ailleurs explicité sur les sites de vente). Pour se rendre compte de la douleur que peut engendrer ce type d’instrument, il suffit de l’essayer autour de notre bras : à faible intensité, on ressent des picotements, mais très rapidement la douleur est insupportable. Le chien, lui, l’a autour du cou !

Témoignages pour des colliers électriques* :

« Mon chien s’est retrouvé brûlé au bout du 3 ème jour, le collier était pourtant réglé au minimum et de plus le collier ne fonctionne plus. C’est un danger. Très mauvaise expérience »

« Danger ce collier pour une petite chienne de7kg qui c’est retourné d’un coup après l’activation de la manette à hurlé et fait un arrêt cardiaque ou j’ai du la réanimer moi même j’ai cru que je perder ma petite chienne danger je trouve que ce produit doit êtres enlever du commerce et je demande remboursement »

Les colliers à vibrations, à son et à jet de citronnelle ne sont pas dangereux pour la santé physique du chien (bien que la citronnelle serait toxique ou irritante selon certains dires).

Les dégâts psychologiques :

Le premier risque de l’utilisation de ces colliers est de causer un grave traumatisme au chien. Le collier électrique évidemment, mais aussi les autres, peuvent surprendre le chien et marquer profondément sa sensibilité. Même si votre chien n’est pas particulièrement sensible, il est placé contre son gré dans un état de mal-être qui est en contradiction totale avec les principes d’éducation positive et de bien-être animal.

Dans certains cas, les aboiements sont l’expression d’un mal-être déjà existant. Punir l’aboiement revient donc à punir le mal-être, ce qui accentue la détresse du chien et peut aggraver la situation.

Mais le risque majeur, et très grave, survient lorsque le chien ne comprend pas pourquoi il subit le moment désagréable. Le fait d’associer la punition à l’aboiement est loin d’être systématique ! Le collier est programmé pour se déclencher en cas d’aboiement, il ne prend donc pas en compte l’environnement du chien au moment où il se met en route. Le chien, lui, est soumis à une multitude de stimuli en même temps. Rien ne dit qu’il comprendra que, parmi tous ces stimuli, ce sont ses aboiements qui ont déclenché la punition.

Ainsi, le chien peut par exemple associer la punition à : la présence du collier, au fait d’être dans le jardin (si le chien aboie dans le jardin), d’être seul (s’il aboie lors de vos absences), au passage d’un humain extérieur (s’il aboie pour monter la garde) ou même à la présence de son propre humain (si l’utilisateur du collier crie ou punit par la voix en même temps que le chien se prend le choc). Ce phénomène peut créer et/ou empirer des problèmes de comportement (anxiété de séparation, craintes, réactivité etc).

Et évidemment, en cas de dysfonctionnement du collier, l’incompréhension est inévitable : si le collier ne se déclenche pas systématiquement, si le laps de temps entre l’aboiement et la punition est trop grand ou si la sensibilité du collier est trop importante, les conséquences peuvent être rapides, permanentes et désastreuses.

Cette incompréhension rend la punition aléatoire aux yeux du chien. C’est grave. Le chien se sent complétement impuissant : il subit une situation désagréable, stressante, voire douloureuse, le tout sans savoir pourquoi ni comment l’arrêter. Le niveau de stress causé par une telle situation peut mener le chien à la folie. Il peut entrer dans une détresse extrême et avoir des réactions très agressives de manière totalement imprévisible. Les dégâts causés alors peuvent être très difficiles à réparer.

Témoignages* :

« J‘ai acheter ce outil, il ne fonctionne pas comme voulu , le chien se prend une décharge même quand il n’aboie pas. »

« Appareil complétement stupide qui se déclenche même si le chien bouge un peu trop sans aboyer. Du coup inhibe complétement le chien, qui n’ose plus bouger ! »

« Après quelques jours d’utilisation, ayant bien respecté les conseils d’utilisations du constructeurs, le collier se déclenche quand ma chienne se secoue la tête même quand la sensibilité est au minimum. Ma chienne est désormais apeurée et ne comprend plus rien. Peur de sa corbeille et j’en passe parce que le collier se déclenche même si elle aboie pas. Elle s’est blessée en prenant peur. C’est sur qu’elle aboie plus même bon maintenant elle est tout le temps anxieuse parce que le collier se déclenche sans raison. C’est un cane corso de 45kg. C’est une chienne qui était sure d’elle alors que maintenant elle est peureuse au moindre bip. »

Que dit la loi ?

L’article 7 de la Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie dit :

« Article 7 – Dressage

Aucun animal de compagnie ne doit être dressé d’une façon qui porte préjudice à sa santé et à son bien-être, notamment en le forçant à dépasser ses capacités ou sa force naturelles ou en utilisant des moyens artificiels qui provoquent des blessures ou d’inutiles douleurs, souffrances ou angoisses. »

Il me parait évident que cet article interdit toutes formes de punitions pour le chien puisqu’elles sont au moins source d’angoisse. Cet article est bien trop imprécis pour avoir une influence, et comme la plupart des lois sur les animaux, même si elles existent, elles ne sont souvent pas appliquées jusqu’à la sanction.

Le collier électrique est interdit à la vente dans plusieurs pays européen. En France, une proposition de loi interdisant ces colliers (ainsi que les étrangleurs et les torcatus) a été voté par l’Assemblée Nationale en janvier 2023. Son application devrait avoir lieu prochainement.

Ma conclusion

Après vous avoir expliqué tout cela, je peux vous dire explicitement que je suis contre l’utilisation des colliers anti-aboiement, quel que soit leur type et la raison de leur utilisation. Je suis absolument convaincu que cet usage provoque un mal-être chez le chien et entrave la compréhension de l’humain vis-à-vis de son animal. Il est tout à fait possible de faire autrement, et il est de notre responsabilité d’aller plus loin que l’utilisation de ces objets de facilité (qui n’en sont même pas forcément !).

Finalement, comment empêche-t-on notre chien d’aboyer ?

Pour répondre à cette question, je vous invite à lire cet article !

Maintenant, si vous décidez d’essayer l’un de ces colliers, c’est en connaissance de cause. Vous n’aurez pas mon soutient, surtout pour le collier électrique. Je vous demande au moins de vous assurer que c’est utile (ça résout le problème), que c’est cohérent pour le chien (une bonne association punition-aboiements) et que votre chien n’est pas impacté profondément dans son bien-être (pas de dégâts physiques, pas de traumatisme psychologique). Si vous constatez la moindre dégradation de son comportement, arrêtez immédiatement l’utilisation du collier.

*Je ne cite pas mes sources volontairement pour ne pas viser un produit en particulier et pour préserver l’anonymat des personnes qui ont commenté. Néanmoins, vous retrouvez sans problème ce genre d’avis sur plusieurs sites de vente en ligne.

Pour en savoir plus :

Conseils d’éducation : réguler les aboiements

Rapport scientifique rédigé à la demande du Conseil du bien-être des animaux en 2010 sur les Aspects de bien-être liés à l’utilisation de colliers électriques pour chiens.

Article sur le collier électrique qui cite des articles scientifiques consultables.